Logo Commune de CURGY

GUIDE
« VOS DROITS ET DÉMARCHES »
POUR LES PARTICULIERS

Accueil particuliers / Logement / Charges de copropriété / Emprunt collectif d’une copropriété

Emprunt collectif d’une copropriété

Un syndicat de copropriétaires peut faire un emprunt bancaire pour financer des travaux au sein de la copropriété. Ce prêt peut être fait pour l’ensemble des copropriétaires ou pour les seuls copropriétaires qui décident d’y participer. La décision d’emprunter doit être prise par un vote en assemblée générale.

Sur quoi peut porter le prêt ?

Un emprunt peut être fait au nom du syndicat de copropriétaires pour financer les objets suivants :

Copropriétaires concernés

L’emprunt collectif est fait au nom du syndicat des copropriétaires pour le compte de l’ensemble des copropriétaires. Il peut également être fait au nom du syndicat des copropriétaires pour les seuls copropriétaires qui décident d’y participer.

Procédure

Le recours à l’emprunt collectif est soumis à certaines règles de formes.

Ordre du jour

La question de la souscription d’un emprunt collectif destiné à financer les travaux sur les parties communes ou les parties privatives d’intérêt collectif doit être inscrite à l’ordre du jour de la même assemblée générale.

Les conditions générales et particulières du projet de contrat de prêt doivent être jointes à cet ordre du jour au cours de laquelle le recours à l’emprunt collectif doit être voté.

Règles de vote

Lorsque le prêt sert à préfinancer les subventions accordées au syndicat ou à certains copropriétaires, l’emprunt doit être voté à la même majorité que celle nécessaire au vote des travaux concernés.

En dehors de ce cas, la décision de souscrire un emprunt collectif doit faire l’objet d’un vote à l’unanimité des copropriétaires.

Notification de participation

Les copropriétaires qui participent à l’emprunt doivent notifier leur décision au syndic , par tous moyens, en précisant le montant qu’ils souhaitent demander dans la limite de leur quote-part des dépenses.

Cette notification doit être faite dans un délai de 2 mois à partir de la notification du procès-verbal d’assemblée générale, sans ses annexes.

Souscription

Le contrat de prêt doit être conforme aux conditions générales et particulières qui ont été jointes à l’ordre du jour de l’assemblée générale.

La signature du prêt doit être faite par le syndic agissant au nom du syndicat des copropriétaires.

Elle s’effectue après le délai de 2 mois à partir de la notification de la décision d’assemblée générale concernant le recours à l’emprunt collectif.

À noter

le syndicat de copropriétaires doit être garanti par une caution solidaire, c’est-à-dire par un tiers (un autre organisme bancaire), pour prévenir les impayés de remboursement du prêt des copropriétaires.

Remboursement

Seuls les copropriétaires bénéficiant du prêt sont tenus de rembourser son montant, ses intérêts et honoraires dans la limite de leur quote-part des dépenses.

En cas d’impayé de remboursement du prêt, le syndic doit adresser une mise en demeure au copropriétaire défaillant.

En cas d’échec de cette mise en demeure, et à l’expiration d’un délai de 30 jours, le syndic peut appeler la caution à rembourser les impayés du copropriétaire.

La caution peut ensuite se retourner contre le copropriétaire défaillant pour obtenir le remboursement du paiement.

Direction de l’information légale et administrative

01/06/2020

Questions / réponses

Comment faire si

A voir aussi :

Définitons

Parties communes d’une copropriété : Parties de bâtiments (couloirs, chaudière, canalisation, garde-corps…​) et des terrains (jardins, parcs…​) affectés à l’usage ou à l’utilité de tous les copropriétaires

Parties privatives d’une copropriété : Parties des bâtiments (porte d’entrée, salon, salle de bains…​) et des terrains réservés à l’usage exclusif d’un copropriétaire

Notification : Formalité par laquelle un acte de procédure ou une décision est porté à la connaissance d’une personne

Quote-part : Part que chacun doit payer ou recevoir dans la répartition d’une somme

Mise en demeure : Acte par lequel un créancier exige du débiteur le remboursement d’une dette sous peine de versement de dommages et intérêts. Adressé par lettre recommandée avec accusé de réception ou par acte d’huissier.

Références